Comprendre le syndrome du nid vide

famille

Le départ des enfants du cocon familial est parfois difficile à surmonter et à avaler. Le syndrome du nid vide est tout à fait normal bien que passer d’une vie comblée et rythmée à une vie vide et retour à deux. Ce syndrome touche la majorité des parents et peut avoir des répercussions négatives à la nouvelle vie de ses enfants à force de trop s’inquiéter et de ne pas les laisser voler avec leurs propres ailes.

Les signes du syndrome du nid vide

Le départ d’un enfant du cocon familial peut générer un sentiment de morosité et de dépression sans que l’on ne s’en rende compte. L’envol d’un enfant afin qu’il puisse avoir son propre nid n’a rien de surprise. Il peut même s’agir d’un objectif pour certains parents. Pourtant quand le vide qu’il laisse se ressent, cela devient un choc de tristesse. Forcément, son départ peut donc entraîner une sensation d’inutilité qui est compréhensible. Trouver du passe-temps ou rencontrer d’autres parents qui se retrouvent dans la même situation peut vous aider à surmonter cette épreuve. Après tout, ce manque est temporaire malgré que cela puisse sembler difficile au début.

Une période de fragilité pour les parents

Lorsque le tout dernier part de la maison, un sentiment de vide intime et si profond naisse chez beaucoup de parents. Ces derniers deviennent fréquemment fragiles émotionnellement autour de la cinquantaine. Ils ont besoin d’affection et que leurs enfants prennent enfin soin d’eux. Au lieu de cela, l’unique ou le benjamin quitte la maison pour se faire sa propre vie. Le syndrome du nid vide est donc en général dû au vieillissement des parents qui est totalement naturel et inévitable.

Une angoisse intérieure : la peur de vieillir

Voir ses enfants partir se coïncider avec la ménopause, la retraite ou encore la cinquantaine donne tout de suite une mauvaise impression. En effet, c’est chamboulant de vivre deux événements rarement anodins s’accumuler. Ils renvoient de suite une ambiance de vieillissement et amènent les parents à imaginer des situations horribles. Les souvenirs refont surface, ce qui peut engendrer des journées de chagrin et stimule un sentiment de culpabilité chez l’enfant. Quoique, il faut reconnaître que c’est le cours de la vie qui joue son tour et que tous les parents finissent par passer par là tôt au tard, donc le moindre des choses serait d’accepter et d’en être fière.

Les moyens de faire face au syndrome du nid vide

Le blues du départ des enfants affecte émotionnellement les parents. Mais il faut savoir prendre le bon côté des choses. C’est le moment de penser à un nouveau départ. Pour votre propre personne en tant que mère de famille par exemple, vous aurez plus de temps pour vous puisque vous ne vous vous occuperez plus désormais de vos enfants. Vous pouvez songer à de nouvelles activités qui vous épanouissent. Pour votre couple, c’est le moment de concrétiser vos projets. Rien ne vous empêche de réaliser des voyages pour vous retrouver. Les sorties à deux est un bon moyen de se changer les idées, d’oublier un peu le manque causé par le départ de votre enfant. C’est seulement après cette escapade que vous allez penser à ce que vous allez faire de votre nouvelle vie à deux et la rendre meilleure.

 

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here