Noa Khamallah explique ce qu’est la mobilité partagée

Noa Khamallah explique ce qu'est la mobilité partagée

Le fondateur de Charge, Noa Khamallah, définit la mobilité partagée comme des services et des ressources de transport qui sont partagées entre les utilisateurs, soit simultanément, soit l’un après l’autre. Cela comprend les transports publics, la micromobilité (partage de vélos, de trottinettes), les modes de transport basés sur l’automobile (covoiturage, déplacements à la demande) et les modes de transport basés sur les déplacements domicile-travail ou le covoiturage (covoiturage et van).

Cas d’utilisation

Le transport partagé a connu une croissance considérable depuis ses débuts en 2014, en raison du regain d’intérêt pour l’urbanisme et des préoccupations environnementales, énergétiques et économiques croissantes qui intensifient le besoin de solutions de rechange durables. Simultanément, les progrès des technologies ont rendu le partage des biens et des données plus facile et plus efficace.

Depuis lors, les changements ont été rapides : les modèles commerciaux ont continuellement évolué, certaines start-ups ont fait faillite tandis que d’autres sont devenues elles-mêmes des services multimodaux, les partenariats public-privé ont été testés et étendus, et maintenant la pandémie COVID-19 modifie encore plus la mobilité partagée.

En mars 2020, de nombreux services de transport en commun et de mobilité sont suspendus ou fonctionnent d’une manière très différente de leurs modèles standard. « Je pense que les services de mobilité partagés continueront à évoluer. Et les avantages sont nombreux » explique Noa Khamallah.

  • Offrir plus de choix de mobilité
  • Proposer des solutions pour le dernier kilomètre et le premier kilomètre
  • Réduire les embouteillages
  • Atténuer les différentes formes de pollution
  • Réduire les coûts de transport
  • Créer un accès équitable aux emplois et aux autres ressources
  • Améliorer l’efficacité
  • Identifier les choix pour ceux qui n’ont pas les moyens d’acheter et d’entretenir un véhicule
  • Créer des options de mobilité accessibles pour les personnes à capacité physique limitée

Typologie de la mobilité partagée selon Noa Khamallah

Les nouveaux services de mobilité offrent un continuum de choix qui couvrent de nombreux types de déplacements personnels et, associés à un solide système de transport public, permettent aux gens de se rendre au travail, de faire des courses et de se rendre à tous les endroits où ils doivent se rendre dans la vie quotidienne sans avoir besoin d’un véhicule personnel.

Transports publics

Les transports publics – parcs d’autobus, de trains, de ferries, d’installations et de droits de passage appartenant à l’État – avec des services locaux et express à itinéraire fixe sont à la base d’une grande partie de la mobilité partagée. Il existe un grand potentiel inexploité pour les organismes de transport en commun qui pourraient s’intégrer aux modes de transport partagés ou les proposer afin d’améliorer l’accès au transport et de réduire les coûts. Les grandes entreprises technologiques et les nouveaux entrepreneurs d’applications travaillent à la mise au point de plates-formes d’intégration qui croisent ces modes.

Micromobilité

Micromobilité est un nom collectif pour les flottes de petits véhicules à faible vitesse (principalement des vélos et des trottinettes) pour le transport personnel, qui peuvent être à propulsion humaine ou électrique. La micromobilité se trouve principalement dans les zones urbaines et est utilisée pour de courts trajets dans des zones bien desservies et avec une densité de destinations.

La micromobilité est une option de premier/dernier kilomètre qui est plus rapide que d’appeler un taxi, de marcher ou de passer à un transport en commun à basse fréquence. Les trajets typiques de la micromobilité sont d’environ 1 à 5 kilomètres mais certains trajets peuvent atteindre 15 kilomètres, en particulier lorsqu’ils sont effectués à l’aide d’un moteur électrique. Les véhicules de micromobilité transportent rarement plus d’une personne à la fois.

Partage de vélos

Les vélos en libre-service, qui peuvent être loués de quelques minutes à une heure environ, sont disponibles dans deux grandes configurations de service, avec et sans station d’accueil. Une configuration hybride utilisant à la fois des vélos à quai et des vélos flottants est également de plus en plus utilisée.

Le partage de vélos à quai est un système basé sur une station dans lequel les utilisateurs déverrouillent les vélos d’un quai fixe et les ramènent à un autre quai à la fin d’un voyage. Les utilisateurs peuvent acheter des passes via une application mobile ou dans des kiosques sur les quais, et utiliser une clé, un code ou une application pour déverrouiller les vélos.

Les coûts d’investissement sont moins élevés pour les vélos sans ancrage que pour les vélos avec ancrage, en grande partie parce qu’ils évitent les coûts liés à l’infrastructure d’ancrage, mais aussi parce que les coûts unitaires des véhicules sont moins élevés.

Partage de trottinettes

Le partage de trottinettes – des trottinettes électriques disponibles pour une location à court terme – est similaire au partage de vélos sans quai, utilisant les mêmes technologies pour permettre le service mais s’appuyant sur des trottinettes motorisées.

“La plupart des services de partage de trottinettes reposent sur des trottinettes électriques à deux ou trois roues” indique Noa Khamallah. Elles ont une plate-forme sur laquelle le conducteur se tient debout, et des commandes d’accélération et de freinage montées sur le guidon.

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here