Créer une SAS : Pourquoi faire appel à un avocat ?

Les plateformes pour créer son entreprise en ligne

La création d’entreprise sur Internet est un phénomène de plus en plus répandue. L’essor de nombreuses plateformes permettant de créer sa structure en quelques clics facilite les démarches des entrepreneurs. Pour autant, les avocats ne sont pas hostiles à la création d’entreprise en ligne, bien au contraire !

La question du coût de la création d’une entreprise en ligne fait parfois la différence chez les entrepreneurs. Cependant, aller au moins cher n’est pas toujours la solution… On vous explique pourquoi !

 

Le moins cher n’est pas toujours le moins cher

La première règle à connaître en matière de création d’entreprise en ligne, c’est que le moins cher n’est pas toujours le moins cher. Attention aux annonces du type « Votre SAS en quelques clics dès 79 €… » qui laissent parfois à désirer, et ce pour plusieurs raisons :

  • L’annonce du prix est toujours hors taxe : En effet, le prix affiché est toujours HT et les plateformes qui créeront votre entreprise en ligne ne manqueront pas de vous facturer la TVA en sus. Le problème ? Lors d’une création d’entreprise, les jeunes entrepreneurs auront parfois tendance à démarrer leur activité sous le régime de la franchise en base, c’est-à-dire qu’ils ne pourront pas récupérer la TVA dépensée lors de la création de leur structure.
  • Le prix ne comprend que les honoraires: C’est ici que se situe le plus gros piège. Le prix annoncé ne comprend que les honoraires de la création d’entreprise. Or, un professionnel du droit annoncera le prix total de la création. C’est la raison pour laquelle la différence de prix est si importante entre les avocats et les plateformes en ligne, et pour cause !
  • Les frais annexes sont à rajouter:  La création d’une entreprise ne se limite pas à la rédaction des statuts. A minima, l’entrepreneur devra y ajouter les frais de greffe, les frais d’annonce légale ainsi que les frais d’immatriculation au CFE compétent. Ces tarifs sont indérogeables et ne pourront pas varier en fonction du professionnel saisi de votre dossier. Ces derniers s’élèveront entre 230 et 650 euros, et ne sont donc pas inclus dans le tarif alléchant exposé dans une publicité !

 

Le conseil juridique est interdit pour les plateformes en ligne

Les plateformes en ligne, si elles ne sont pas avocats régulièrement inscrites auprès d’un barreau français, ne sont pas habilitées à fournir des conseils aux créateurs d’entreprises. Le conseil juridique relève en effet du monopôle des avocats.

Or, c’est dans le cadre d’une création d’entreprise que le devoir de conseil est le plus présent chez les professionnels du droit. Le régime juridique et social choisi est-il adapté à la situation des associés et des dirigeants ? Les pouvoirs sont-ils correctement répartis ? La situation personnelle des membres de la société permet-elle de créer la structure sans crainte pour leur patrimoine ? L’opération envisagée est-elle fiscalement optimisée ? Tant de questions que se seraient posé un avocat et que ne pourront envisager les professionnels en ligne. En choisissant de créer votre société seul via le remplissage d’un formulaire en ligne, vous vous dispensez de ces précieux conseils.

 

Combien coûte la création d’une entreprise auprès d’un avocat ?

C’est la question que se posent le plus souvent les internautes qui souhaitent créer leur entreprise en ligne. Les honoraires d’un avocat sont d’environ, pour les startup, 500 euros. La différence est donc de 300 à 400 euros si l’on compare ce tarif aux plateformes en ligne les moins chères. Or, lorsqu’on crée une entreprise et que l’on souhaite bâtir une structure solide, est-il vraiment opportun de prendre tous les risques pour économiser 300 euros ?

Une mauvaise création d’entreprise peut coûter bien plus cher au créateur. Si sa situation personnelle ne permet pas la création, que l’opération n’est pas optimisée socialement ou fiscalement, ou encore que les informations renseignées par le dirigeant sont faussées, de nombreux risques sont présents :

  • L’entreprise peut être radiée d’office du registre du commerce et des sociétés : aucun recours ne sera alors possible à l’encontre de la plateforme de création, cette dernière n’étant pas habilitée à fournir un conseil juridique.
  • Une personne en reconversion professionnelle peut se voir licenciée pour non-respect des clauses de son contrat de travail.
  • Des modifications ultérieures de la société peuvent être nécessaires si elles n’ont pas été anticipées dès la création et conduire à une perte financière importante.

Pour toutes ces raisons, il est largement préférable de consulter un professionnel du droit dès le début de son projet afin de fixer sa situation et de réfléchir le plus concrètement possible aux coûts et conséquences d’un tel projet. Les conseils seront alors adaptés à la situation du créateur d’entreprise et renforceront la sécurité juridique de la structure lors de son développement, c’est-à-dire dans la phase dans laquelle elle en aura le plus besoin !

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here